We've updated our Terms of Use. You can review the changes here.

PARIS, 22 FEBRUARY 2020

by Lee, Lin, Böll, Rébus & Har$

/
  • Streaming + Download

    Includes high-quality download in MP3, FLAC and more. Paying supporters also get unlimited streaming via the free Bandcamp app.
    Purchasable with gift card

      name your price

     

1.
Kruimelkoekjes (19.12.19) =================== Ik praat in Rome met paus Franciscus en we eten kruimelkoekjes. Dat is met een drop-stik verre van gemakkelijk. Ik volg de paus in het donker over straat. Hij gaat naar de bank om daar de opbrengsten van die dag te deponeren, in een metalen kruis in een muur. Het zijn twee goten, één loopt er horizontaal en een tweede verticaal, met een schuifdeur, hoewel die geen van beide goten sluiten kan. Ik vergat om als bewijs een foto te maken.
2.
Indeterminacy (22.2.20)
 ================== John Cage laat me plastic zakjes zien die, als je ze openvouwt, zich spontaan vullen om als heliumballonnetjes op te stijgen. Het zijn gezichten, doorzichtige gezichten. Ik vertel hem dat het de twee doorzichten naar de zee en buiten zijn die de overheid wil kaalslaan en dat het een schande is. John zegt dat we er in de ochtend voor zijn vertrek een wandelingetje zullen maken. “We moeten eerst het fruit nog knippen,” zegt een medewerkster. Ik zeg toe, hoewel het al laat is, en slecht voor mijn gezondheid. Ik denk, het is een uur of één, twee in de nacht. Maar in werkelijkheid is het bijna ochtend. Cage was veel dikker trouwens dan ik denk.
3.
uP 286 12:49
" — Cela m'étonnerait que Laurence se lève à six heures, parce que à six heures on dort encore. — Comme ma maman elle ... ... — Cela m'étonnerait que Laurence se lève à six heures, parce que à six heures on dort encore. — Comme ma maman elle part tôt aussi, alors elle m'emmène à l'école ! - Moi, quand maman me réveille, elle s'en va tout de suite au travail, et puis elle nous laisse tout seuls. - Quand j'étais petit, ma mère, elle m'emmenait... c'était un genre de garderie : on attendait jusqu'à huit heures moins quart à peu près. J'avais trois ans. - Tu ne voyais pas ta mère si elle te reprenait à sept heures le soir à l'école ? ... - Non, que le samedi après-midi et le dimanche. - Je voudrais te demander si tu étais plus habitué avec les monitrices ou avec ta maman ? Si tu avais le même amour... ? - Ben, eh... ... - Ben, eh... j'aimais bien les monitrices..." " [ from: « Devant l'école à 7 heures 30 », chapter of the audio (vinyl) documentary 'Nous vivons en banlieue' (BT Sonore, BTSon879 - 1979). ] " — Le mercredi, je descends de chez maman, je vais chez la concierge d'en face et je déjeune ; et puis après j'attends ma tata, puis elle m'emmène manger chez elle, après on va à la piscine, on va à la bibliothèque. Je reviens chez la concierge et après, le soir je reviens chez ma maman. ... " [ from: « Le mercredi », chapter of the audio (vinyl) documentary 'Nous vivons en banlieue' (BT Sonore, BTSon879 - 1979). ] [http://www.icem-freinet.net/~btj/BTson879/ac_banlieue79.htm]
4.
uP 287 10:39
5.
uP 288 19:19
" — Nous sommes à 12 kilomètres de Paris... — A Sartrouville. Il n'y a qu'un papa qui est né à Sartrouville. — Maman... mes parents, ils sont nés au Viet-Nam. — Ils sont nés à Saint-Germain. — Portugal... — En Italie. — Bretagne. — Viet-Nam. — Colombes. — En Bretagne. — Lot. — Au Viet-Nam. — Vendée. — Saint-Germain. — Bretagne. — Dans le Nord, au Cateau. — Dax, dans les Landes. — Ma mère en Normandie. — Mon père en Normandie. — Moi je suis née dans le Lot. — Alors moi, je suis née au Viet- Nam, Saigon. — Moi je suis né au Portugal. — On habite à côté de la plaine maraîchère. " [ from: « Nous, de Sartrouville », chapter of the audio (vinyl) documentary 'Nous vivons en banlieue' (BT Sonore, BTSon879 - 1979). ] " — Où habites-tu ? — Au septième étage, à gauche. La fenêtre de gauche, c'est ma chambre. C'est la plus grande de l'appartement. — Nathalie, je voudrais te demander si tu préférais rue de la Paix ou ici ? " — Bien ici c'est bien plus grand, parce que... on a plus de chambres, parce que avant mes parents dormaient dans le séjour, et bien là ils ont une chambre à eux. Puis j'habite en haut, au quatrième étage, et puis j'aime mieux : un plus grand paysage. — Est-ce que tu es plus tranquille qu'avant, parce que avant tu devais avoir les voitures et puis le chemin de fer qui passaient à côté ? — Oui, là on est plus tranquille. Oui, parce que les vitres sont doubles. [ from: « L'immeuble de Laurent », chapter of the audio (vinyl) documentary 'Nous vivons en banlieue' (BT Sonore, BTSon879 - 1979). ] " — Moi, j'ai des canaris et trois tourterelles. — Je voudrais avoir un chien, mais mes parents ne veulent pas, parce qu'ils disent qu'il serait malheureux dans un immeuble. — Pourquoi voudrais-tu avoir un chien ? — Parce que je vois les autres qui en ont, puis ils paraissent heureux avec, et des fois quand on est tout seul ça tient compagnie, on peut toujours s'amuser. — On peut parler de nos malheurs avec lui... " [ from: « Les animaux et nous », chapter of the audio (vinyl) documentary 'Nous vivons en banlieue' (BT Sonore, BTSon879 - 1979). ] " — Je me lève à six heures le matin, je m'habille, je prends mon déjeuner et après je vais à l'école. ... - Moi, quand maman me réveille, elle s'en va tout de suite au travail, et puis elle nous laisse tout seuls. " [ from: « Devant l'école à 7 heures 30 », chapter of the audio (vinyl) documentary 'Nous vivons en banlieue' (BT Sonore, BTSon879 - 1979). ] " — Le mercredi nous allons à la bibliothèque, nous faisons du sport, nous jouons de la musique. " [ from: « Le mercredi », chapter of the audio (vinyl) documentary 'Nous vivons en banlieue' (BT Sonore, BTSon879 - 1979). ] " HLM, ILM, ILN .... " [http://www.icem-freinet.net/~btj/BTson879/ac_banlieue79.htm]
6.
Indeterminacy (22.2.20)
 ================== John Cage laat me plastic zakjes zien die, als je ze openvouwt, zich spontaan vullen om als heliumballonnetjes op te stijgen. Het zijn gezichten, doorzichtige gezichten. Ik vertel hem dat het de twee doorzichten naar de zee en buiten zijn die de overheid wil kaalslaan en dat het een schande is. John zegt dat we er in de ochtend voor zijn vertrek een wandelingetje zullen maken. “We moeten eerst het fruit nog knippen,” zegt een medewerkster. Ik zeg toe, hoewel het al laat is, en slecht voor mijn gezondheid. Ik denk, het is een uur of één, twee in de nacht. Maar in werkelijkheid is het bijna ochtend. Cage was veel dikker trouwens dan ik denk.

about

#65.
Un-public Saturday evening session on February 22nd 2020 in La Générale Nord-Est-Mouton's music room, Paris XIV. With Shih-wen Lee (double bass, voice), Chiwei Lin (voice), Christine Böll (voice, hitting things, Fisher Price toy gramophone), E_Rébus (toy electronics, dictaphone, voice), Har$ (piano, dictaphones, voice)

FlexRex provided the audio (vinyl) documentary 'Nous vivons en banlieue' (BT Sonore, BTSon879 - 1979) used in playback and recitation in uP 286 and uP 288.
[http://www.icem-freinet.net/~btj/BTson879/ac_banlieue79.htm]

credits

released February 24, 2020

license

all rights reserved

tags

about

unpublic Paris, France

"... the only difference with a concert is, these are *not* concerts..."

____Joepie!___

contact / help

Contact unpublic

Streaming and
Download help

Report this album or account

If you like PARIS, 22 FEBRUARY 2020, you may also like: